Nous avons eu la chance de rencontrer la légende NBA Ray Allen lors de l'ouverture de la boutique Jordan Bastille. Retrouvez ses réponses à des questions essentielles telles que qu'elles sont ses Air Jordan favorites dans la vidéo ci-dessus ou dans la transcription de l'interview qui suit.

Tu as eu une incroyable carrière, est-ce que la retraite te convient ?
Si je n'étais pas à la retraite, je ne serais pas ici en ce moment, donc la retraite me convient plutôt bien, je m'amuse ! J'ai réalisé après plus de 18 ans de carrière et 3 années de collège que les athlètes sont strictement dévoués à être prêt pour un match ou se reposer. Mais maintenant je peux découvrir le monde un peu plus.
Tu as dû prendre une décision, étais-tu sur à propos de ta retraite ? Et qu'en est t'il maintenant, sens-tu que des fois tu veux toujours jouer ?
Et bien je suis presque certain que je peux toujours jouer. C'est juste une question de démarrer une nouvelle période de ma vie, j'ai 4 fils qui aiment jouer au basket et à d'autres sports. Et cette possibilité d'être un ambassadeur pour Jordan Brand, pas juste aux Etats Unis mais partout dans le monde. C'est clairement une excellente occasion d'être ici. Encore une fois, si je jouais toujours en NBA vous ne me verriez pas ici. Bon vous me verriez sûrement à la télé, mais c'est définitivement une bonne alternative.
Tu étais là en 2011 à l'occasion du Quai 54, quels souvenirs en gardes-tu et aimes-tu Paris ?
J'aime Paris et j'étais très content de venir en 2011, quand je suis arrivé c'était incroyable. Ce que j'ai appris de Paris et de sa culture du basket, c'est l'intensité qu'il y a et combien les gens aiment le jeu. Tous ces jeunes talents qui sont ici à Paris. Vous savez je suis rentré et j'ai dit à tout le monde vous devez voir ça !

Nous avons une grande passion pour le basket aux Etats-Unis, nous pensons que nous sommes les meilleurs mais être à Paris m'a montré qu'il y a beaucoup de jeunes talents ici. Quand tu regardes la NBA maintenant et tous les joueurs parisiens qui y jouent... Ce n'est que le début et j'ai vu ça quand j'étais au Quai 54. C'est une bonne occasion de faire grandir le basket en France.

ray-allen-interview

Quel est ton meilleur souvenir, la médaille d'or à Sydney ou les titres NBA?
Je dois dire que l'un de mes meilleurs souvenirs sont les 2 titres NBA. On m'en parle tout le temps.

Mais le souvenir qui ne semble pas pouvoir être reproduit est notre participation aux JO de 2000 en Australie.
Je me souviens quand je suis rentré dans le stade et qu'ils ont annoncé les Etats-Unis d'Amérique, j'ai eu des frissons dans le dos car je regardais le monde en face de moi. Tu vois tous les athlètes différents de chaque pays dans le monde et c'est là que tu réalises l'ampleur de ce que tu es en train de faire. J'ai regardé les Jeux Olympiques quand j'étais petit, mais tu ne te rends pas compte jusqu'à que tu y ailles pour représenter ton pays. C'est une sensation spéciale quelque chose dont tu te souviens toute ta vie. Sans le basket je n'aurais jamais pu vivre cela.

C'est incroyable que j'ai eu l'occasion de porter mes Jordan car à chaque fois tous mes coéquipiers essayaient de me les voler !
Quelles sont les Jordan que tu préfères?
J'ai porté beaucoup de Jordan géniales. C'est incroyable que j'ai eu l'occasion de les porter en match car à chaque fois que je m'échauffais dans le vestiaire, toute l'équipe essayait de me les voler, alors qu'elles étaient à mes pieds ! Je devais à chaque fois m'assurer de les mettre dans une boite. Avant le match je ne partais jamais, je les gardais dans mon casier. Puis quand le match était sur le point de commencer je les mettais rapidement et mes coéquipiers étaient là à me dire, mais d'où tu sors ces jordan !

Jordan a toujours pris soin de moi. J'ai joué avec des super team shoes, j'ai joué avec des retros incroyables. Je pense que heureusement pour moi j'ai pu, tu sais, jouer à Milwaukee j'étais tout en vert, donc c'était une nouveauté par rapport au rouge et noir que MJ portait. Voir ce vert était différent et unique. Puis je suis allé à Seattle avec ses maillots verts et jaune, donc j'ai eu des Jordan totalement jaunes que les gens ont adoré. Ensuite je suis allé à Boston où j'ai porté beaucoup de baskets vertes et blanches, que le public ne reconnaissait pas. C'était toujours fait pour avoir un bon style, car elles étaient différentes, elles étaient uniques. J'ai aimé chacun de ces modèles.

Je dirais que les Jordan les plus confortables avec lesquelles j'ai joué, pour moi par rapport à mon style de jeu, sortir des écrans, m'arrêter rapidement en transition, ce sont les Air Jordan 11, que je porte actuellement car elles ont la meilleure accroche. Je me sens toujours à l'aise quand je les porte et je peux les porter plusieurs matchs sans qu'elles ne s'abîment trop.

Quelques unes des Air Jordan PE les plus marquantes de Ray Allen
Quelques unes des Air Jordan PE les plus marquantes de Ray Allen
Peux tu nous parler de ton expérience d'acteur dans He Got Game et qui serait l'acteur idéal si le film se tournait aujourd'hui ?
En espérant que cela se concrétise puisque le film va bientôt fêter son 20ème anniversaire. Quand j'ai auditionné pour le rôle, il y avait 15-20 personnes qui étaient là pour le même rôle. J'aimerais caster tous ceux qui correspondent, et tu ne peux pas le savoir jusqu'à ce qu'ils lisent le script.

C'est un peu ce que Spike a ressenti avec moi, tu sais j'ai lu le script et je n'étais pas assuré d'avoir le rôle. Mais il m'a aimé pour le rôle du personnage principal Jesus. Je n'avais pas la moindre idée de comment jouer dans un film, je suis un joueur de basket. Je suis ouvert, j'ai essayé et j'ai aimé être dans un film. Je suis coachable, j'ai pensé pouvoir tout faire et ça a marché.

Toi, Kobe Bryant, Allen Iverson, Stephon Marbury. Penses-tu que 1996 était la meilleure draft pour les arrières ?
Je suis fier de venir de cette draft. Nous avons eu de grands champions en 1996, des MVP, des joueurs qui ont remporté plusieurs All Star Game. On idéalise sûrement cette draft, quand tu regardes en arrière, les joueurs que l'on avait, la draft 2003 ou encore la draft 1984... Ce dont il s'agit réellement, c'est ce que cela signifie pour vous. Avec quel joueur vous avez grandi, comment il vous a fait grandir. C'est comme les chaussures. Nous avons une connexion avec certaines shoes basée sur ce qu'elles représentent à nos yeux.

Moi je regardais les joueurs de la draft 1984 comme des dieux, car ils m'ont fait aimer le jeu. J'étais assez idiot pour penser que je pouvais dunker et la première fois que j'ai accroché le cercle je suis tombé. Je me suis cassé le dos car j'ai essayé de faire comme Mike, et je suis sûr que nous avons tous été dans cette situation !

C'est la beauté du sport, nous devons choisir nous même. On peut avoir des désaccords avec certaines personnes, à propos de qui est le meilleur, mais c'est toujours cool d'avoir cette discussion.