Depuis quelques temps, un compte twitter et ses certitudes attirent l'attention de nombreux sneakerheads. Depuis 2000, @MattSOS analyse les chiffres du sneakers business pour ses clients, qui sont généralement des retailers et des marques du secteur.

matt-powell-portrait-szSi Matt Powell est incollable sur les chiffres, d'autres facteurs semblent lui échapper. En témoignent ses réponses simplistes sur des sujets complexes et difficilement quantifiables, comme la rentabilité de contrats de sponsoring et l'influence que peuvent avoir les sneakerheads au delà leur petit monde qui ne représenterait que 5% des ventes.

Il fustige aussi la "presse sneakers" qu'il considère comme sans grand intérêt, plutôt normal pour quelqu'un qui affirme ne pas posséder de sneakers. Pas à une contradiction près, cela n'empêche pas Matt de fièrement indiquer sa présence sur la liste Complex des 30 comptes twitter à suivre dans sa bio Forbes.

Restant toutefois disponible, notamment auprès de ses followers sur twitter, on s'est dit qu'une petite entrevue avec ce personnage haut en couleurs pourrait vous intéresser.

Quel est votre job exactement? Depuis combien de temps faîtes vous ce métier?
Je fais des recherches sur le business sneaker pour les marques, les revendeurs et le marché boursier. C'est ma 14ème année.
Comment les retailers peuvent voir vos analyses? Ces statistiques sont uniquement basées sur le marché US, mais peuvent-elles également aider les revendeurs européeens?
Les revendeurs qui fournissent leur chiffres de vente peuvent accéder aux informations agrégées. Je pense que les revendeurs européens peuvent bénéficier de l'analyse de ces datas. Les Etats-Unis sont le plus gros marché, à l'origine de la plupart des tendances sneakers.
Vous répondez à beaucoup de tweets, même certains peu élégants... Pourquoi?
L'an dernier, j'ai demandé à mes followers si ils voulaient que je continue à répondre aux tweets et ils m'ont répondu oui. Je pense que si je ne réponds pas à un tweet erroné, je l'approuve implicitement.
D'ailleurs, quel est le but de ce compte twitter?
J'espère enseigner un peu à propos du sneaker business, sans tous les pièges de fanboys venant de la "presse sneakers".
Je ne suis pas sûr que cela soit un piège. La "presse sneakers" est faite pour les passionnées, parlant donc de ce qui les intéresse, comme pour la plupart des contenus spécialisés. Vous pensez qu'adapter son contenu à son audience est un piège de fanboy?
Je pense que le genre d'écrit dans la presse sneakers (“the BEST Lebron ever!”) n'est pas particulièrement utile. Je ne vois pas de critique saine de marques ou de revendeurs.

infomat2

Vous avez écrit "Tous vivent dans la peur d'offenser les marques desquelles ils dépendent pour leur fournir des images et des informations sur les sorties à venir". Pourtant, ces dernières sont visibles de tout le monde, de plus beaucoup de scoops viennent de samples non autorisés, je ne suis pas sûr que Nike apprécie. Sachant cela, ne pensez vous pas avoir tort?
La presse sneakers vit des miettes laissées par Nike. Elle vit dans la crainte que la concurrence ait accès à ce qu'elle n'a pas.
De ma propre expérience, j'ai honnêtement plus peur d'écrire quelque chose d'inexact faisant rater une sortie à mes lecteurs, plutôt que d'offenser une marque. Vous ne pouvez pas connaître chaque site, comment pouvez-vous être si catégorique?
Il est vrai que je n'ai pas lu chaque site ou blog, mais ce que j'ai lu est redondant et sans intérêt.
J'ai entendu dire que vous ne possédiez aucune sneaker, c'est vrai?
C'est vrai. J'étudie le business comme business, pas en tant que fan.
Vous devriez essayer une paire de Nike free run, c'est plutôt confort !
Merci!
Que pensez-vous des réactions haineuses sur twitter à propos de vos opinions dans l'article "Les Sneakerheads sont-ils importants?"
Chaque fois que vous remettez en question la vision du monde d'une personne, il y a toujours la possibilité qu'elle se fâche.