Sneakers

Un scandale à 32 millions de dollars : A Ma Maniére accusé de resell

Il y a 3 mois

37

James Whitner, le propriétaire de Social Status & A Ma Manière est accusé par les autorités américaine d’avoir blanchi 32 millions de dollars en fournissant des paires de ses shops à un revendeur chinois.

Depuis des années, une pratique discrète mais répandue, connue sous le nom de backdoor, secoue le monde des sneakers. Des boutiques privilégiées, destinataires de modèles en édition limitée, choisissent de les revendre en masse et à des tarifs supérieurs au prix initial, favorisant ainsi des revendeurs souvent professionnels, au détriment des consommateurs réguliers. Le backdoor est bien entendu prohibé par les distributeurs, mais souvent très difficile à contrôler.

Le 17 novembre dernier, une plainte civile à été déposée devant le tribunal fédéral du district de Caroline du Nord, mettant en cause James Whitner. Ces allégations rapportent que depuis 2016, il aurait été en lien avec un ressortissant chinois appelé YG dans l’unique but de lui revendre « des produits d’une société non divulguée basée dans l’Oregon » (qui est sans aucun doute Nike, mais cette information n’est pas rendue publique).

Si l’infraction est avérée, il s’agira d’une chute brutal pour sa société Whitaker Group qui possède plus de 10 boutiques à travers les États-Unis et qui a été nommé détaillant de l’année en 2020 par Footwear News.

Le backdoor, une pratique endémique

Si ces 2 boutiques sont loin d’être les seules à faire du backdoor, les montants évoqués et surtout la proximité de A Ma Maniére avec Nike et Jordan, qui ont maintes fois collaboré sur des modèles en éditions limitées, ont donné une toute autre dimension à l’affaire. Une Air Jordan 5 x A ma Manière vient d’ailleurs tout juste de sortir.

La dernière collab de James Whitner

Air Jordan 5 x A Ma Manière

230€

Acheter maintenant

32 millions de dollars et 255 transactions plus tard

Selon les documents judiciaires, les procureurs chargés de l’affaire affirment que jusqu’en 2019 l’argent récoltés aurait été transmis en liquide via UPS dans la région de New-York. Une fois récupéré, James Whitner aurait indiqué à Antwain Freeman, son mentor, où stocker le cash. Toutefois, grâce à un appel téléphonique entre les deux associés, près de 1,2 millions de dollars en espèces ont pu être retrouvés dans l’appartement de Freeman.

Argent saisi lors de la perquisition au domicile de Freeman, 2021

Comme un véritable business, les autorités confirment que Whitner détenait un carnet de compte sur lequel il aurait indiqué les infos sur les livraisons en cash.

À présent, James Whitner affirme personnellement que son activité avec YG consistait simplement à « échanger des sneakers contre d’autres sneakers ». Pour le moment, il n’a pas encore été inculpé mais il a dû renoncer aux 1,2 millions de dollars non déclarés et saisis dans l’appartement de Freeman (l’associé).

Du rêve américain à la chute ?

James connait une enfance difficile dans un quartier de Pittsburgh, avec des parents qui se battaient contre leur addiction aux drogues dures, un séjour en prison pour trafic de métamphétamines, puis à l’hopital en 2004 après avoir pris une balle. Ça partait plutôt mal, mais il finit par trouver sa voie en fondant coup sur coup Social Status et A ma Manière, qui s’étendent maintenant sur une dizaine de point de ventes.

La devanture d’une des boutiques A ma Manière.

Les 2 boutiques connaissent un succès retentissant et collaborent avec Jordan Brand sur plusieurs paires, dont certaines deviendront iconiques. A ce petit jeu là, c’est clairement A ma Manière qui tire son épingle du jeu. Si les faits sont avérés, il est difficile de comprendre pourquoi le fondateur s’est fourré dans une telle sauce, après avoir réussi à s’en sortir malgré toutes les difficultés.

Nous ne sommes pas d'accord avec les allégations de l'USAO concernant notre activité. Notre succès a fait de nous une cible facile.

The Whitaker Group, le 21 novembre
The Whitaker Group, déclaration officielle

Sur la base de la déclaration, il semble que James Whitner coopère avec les autorités et prévoit de lutter contre les allégations. Toutefois, si elles s’avèrent vraies, elles pourraient considérablement affecter les relations commerciales entre James Whitner et Nike et marquer la fin d’une collaboration d’anthologie !

Publié le 27.11.23

Prochaines sorties

Sneakers Alert by LSDLS

Télécharger l'application Sneakers Alert pour être informé des nouveautés en temps réel !

App Store Google Play Store
Nike V2K Run