Suite aux incessantes batailles juridiques avec la marque new yorkaise, le fondateur de Supreme Italia, Michele di Pierro, brise enfin le silence et répond aux accusations de James Jebbia.

Après avoir ouvert une seconde boutique à Shanghai et perdu plusieurs de ses marques déposées en Chine, di Pierro qui a déjà été accusé de contrefaçon par le passé, a accordé quelques mots au fameux Wall Street Journal.

“Lorsque j'ai déposé une demande d'enregistrement en Italie, je l'ai fait de bonne foi. Je ne savais pas que Supreme existait déjà. Ce n'était pas très populaire en Italie. Il n'y avait même pas de boutique.”

di Pierro

Ce dernier a également ajouté que le succès de Supreme Italia ne reposait pas sur le célèbre box logo mais sur la qualité de ses vêtements. Du côté de Supreme New York, James Jebbia a déclaré que Supreme Italia était une nouvelle génération d’entreprise criminelle et a bien entendu renouvelé ses accusations de contrefaçon.

Quand on sait que Supreme Italia dépose des marques depuis 2005 et que l’entreprise a même tenté de tromper Samsung et RIMOWA en se faisant passer pour la marque originale, il semble que rien ne puisse arrêter le désormais tristement célèbre di Pierro!